22 mars : une mobilisation puissante qui appelle des suites !

2  -  Article mis à jour le 23 mars 2018

Communiqué de la CGT

La réussite de la journée unitaire de mobilisation dans différents secteurs professionnels (Fonction Publique, Cheminots, Énergie, Transport, etc.) s’est traduite par plus de 180 rassemblements et manifestations partout en France, regroupant plus de 500 000  manifestants dans les rues.

Tous et toutes ont marqué, aussi par la grève, leur attachement aux services publics.

Contrairement aux choix gouvernementaux de régression sociale, ils ont exigé le développement des services publics et les moyens nécessaires à l’exercice de leurs missions, le renforcement de leurs statuts et conventions collectives.

Le gouvernement poursuit sa politique de régression sociale. Il continue notamment à supprimer des milliers de postes dans la fonction publique, à privatiser les entreprises publiques, à mépriser les salariés et les retraités par l’abaissement généralisé de leurs salaires et de leurs pensions. En même temps, il multiplie les milliards d’euros de cadeaux aux actionnaires et montre ainsi son véritable visage en étant au seul service du capital et des plus riches.

Sourd aux propositions du monde du travail, le gouvernement fait le choix de la confrontation sociale !

Le gouvernement doit entendre l’exigence sociale, il doit prendre la mesure des oppositions à sa politique et prendre en compte les alternatives portées notamment par la CGT.

La CGT appelle les travailleurs, les privés d’emploi, les retraités et les jeunes à prendre leur avenir en main, à construire leurs revendications et à agir dans l’unité syndicale la plus large pour imposer le progrès social.

La CGT propose l’organisation d’une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 19 avril

C’est dans cette démarche et dans la recherche de convergence des luttes que la CGT propose l’organisation d’une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 19 avril prochain.

Ce sera l’occasion de porter les revendications sur le pouvoir d’achat (salaires, pensions, minima sociaux), l’emploi et la protection sociale, les services publics et les droits collectifs.

 

Montreuil, le 22 mars 2018

 

Télécharger l’appel au 22 mars du SNJ-CGT en PDF et en traitement de texte

2 réactions

  1. La virulence de Plenel à l »égard de Sako,est dictée par plusieurs raisons .Tout d »abord « idéologique évidemment. Que peut-il y avoir de commun, entre un Trotskiste, tendance Stalinienne, un idéologue pur et dur, et un ultra-libéral comme Sarko ? Mais leur profonde détestation mutuelle, est devenue quasi hystérique après que Bercy ait notifié à Médiapart,un redressement de plus de 4 millions d »euros, plus 1.5 million de pénalités (retard et mauvaise foi) sous l »impulsion de Sarko lors de son passage à Bercy. Plenel, s »étant de lui-même appliqué un taux de TVA à 2.1% alors que sur la presse numérique, Bruxelles impose d »appliquer 19.6%. Les socialistes, et quelques élus de droite (Koscusio-Morizet entre autres)ont tenté de modifier cette disposition fiscale. Sarko et le Sénat s »y sont opposé, car la France est déjà sous le coup d »une très forte amende de Bruxelles, sur cette question de TVA. Le document (probablement falsifié) produit par Médiapart, nest pas étranger à cette vindicte, selon toute vraisemblance

Top