Gilles Balbastre sur la SNCF

Article mis à jour le 18 avril 2018

La dette,

En 2018, Macron et son gouvernement n’ont que ce mot à la bouche pour justifier la fin du statut de cheminot et la privatisation de la SNCF.

En 1997, le gouvernement Chirac déjà utilisait le même terme pour amorcer la dérégulation du secteur du rail.

En 2014, Hollande et son gouvernement ressortaient la dette, pour prolonger le sale travail de Chirac et sa clique avec leur réforme ferroviaire.

Vingt ans que les capitalistes (aidés des médias) n’ont qu’un seul mot de vocabulaire à la bouche et une seule idée : faire exploser le service public !

Depuis dix ans, le fret ferroviaire est ouvert à cette fameuse et funeste concurrence appelée de ses vœux par Macron et sa clique. Résultat, la part du fret ferroviaire est tombée à moins de 10 % du transport des marchandises. Les routes et l’air ambiant sont souillées par les murs de poids lourds !

Cerise sur la gâteau. Macron et Philippe ont décidé de lancer la privatisation de la branche fret de la SNCF.

Pour comprendre la mécanique de destruction, pour briser la propagande médiatique, pour informer nos concitoyens, précipitez-vous sur deux documentaires produits en 2015 et 2016 par les syndicats cheminots (CGT et SUD) :

Voir ici

Organisez partout des projections et des débats !

Soutien à la juste lutte des cheminots !

Gilles Balbastre, réalisateur

Top