Congrès du SNJ-CGT FTV

Article mis à jour le 31 mai 2018

Vous trouverez ci-dessous les motions votées au congrès du SNJ-CGT qui s’est tenu du 28 au 30 mai

Motions du congrès du SNJ-CGT France Télévisions

Avenir de l’audiovisuel public

Secret des affaires, fake news et manipulation des réseaux sociaux, ultra concentration des médias dans les mains de quelques milliardaires, décisions et menaces du gouvernement libéral…. C’est tout un environnement hostile qui affaiblit la presse et les journalistes, qui asphyxie l’audiovisuel public et France Télévisions en particulier.

Intérêt général, pluralisme, indépendance, expression de la diversité, pilier de l’information et de la création audiovisuelle, France Télévisions doit disposer des ressources nécessaires pour assurer au mieux toutes ses missions de service public et leur développement.

Le SNJ-CGT dénonce les mauvais coups qui se préparent contre notre entreprise et nos métiers : risques d’aggravation de l’étranglement budgétaire, menaces de démantèlement avec fermeture de chaînes, projets de fusion des entreprises audiovisuelles publiques, mutualisation en cours et à venir de sites, d’antennes et de programmes à marche forcée.

Dénonçant cette offensive tous azimuts, le SNJ-CGT FTV revendique les moyens humains, financiers et légaux pour garantir le développement des activités et des programmes de France Télévisions.

Constatant une aggravation de la violence sociale au sein de l’entreprise, le SNJ-CGT exige le respect des salarié-e-s afin qu’ils puissent travailler dans de bonnes conditions dans l’intérêt des citoyen.ne.s

Le SNJ-CGT sera de toutes les luttes contre ces manœuvres de déconstruction de l’audiovisuel public en général et de France Télévisions en particulier.

Paris le 30 mai 2018

Petits secrets entre amis

Malgré une pétition qui a recueilli la signature de 555.000 citoyens, malgré la coalition de 52 organisations – dont le SNJ CGT – et de 23 sociétés de journalistes (SDJ) qui ont interpellé le président de la République, les députés et sénateurs LREM et LR sont tombés d’accord sur un texte de loi qui élargit l’application du secret des affaires. Aucun des amendements présentés par la coalition n’a été retenu.

Au contraire, le texte met en danger le débat démocratique à travers des mesures coercitives à l’encontre de celles et ceux à même de révéler et dénoncer les dérives.

Exemples de mesures inacceptables :
 Les lanceurs d’alerte devront faire preuve de leur bonne foi devant les tribunaux.
 Les représentant-e-s du personnel pourront être poursuivis pour diffusion d’informations aux salariés.
 Des organes de presse pourront être poursuivis devant les tribunaux de commerce pour avoir révélé des secrets d’affaires.

Cette atteinte grave au droit d’informer et d’être informé va permettre aux entreprises de continuer à faire leurs petites affaires en toute impunité.

La proposition de loi sera votée au mois de juin.

Le SNJ-CGT FTV interpelle les parlementaires et leur demande instamment de ne pas voter ce texte en l’état.
Il les appelle à ne pas ériger le secret des affaires en principe fondamental et leur demande donc de tenir compte des amendements proposés par la coalition.

Paris, le 30 Mai 2018

Trop de violence sociale à FTV

Le Syndicat National des journalistes CGT réuni en congrès le 30 mai 2018, tient à apporter son soutien aux salariés de plus en plus nombreux à être injustement sanctionnés par les directions de France Télévisions.

Ces derniers jours, la direction de la rédaction de France 2 a décidé de mettre fin de manière brutale et arbitraire à la collaboration de plusieurs journalistes en CDD depuis 3 à 4 années.

Elle s’attaque aussi aux journalistes permanents et à ses cadres : privation de travail, changements d’affectation imposés, pressions sur les séniors pour précipiter leur départ en retraite. Des journalistes, dont le seul tort est d’avoir exprimé leurs désaccords, sont licenciés du jour au lendemain.

Pour le SNJ-CGT, la recherche d’économies budgétaires à tout prix ne doit pas déboucher sur une chasse aux ETP, créant un climat d’insécurité générale.

Plus largement, le SNJ-CGT constate une inflation de convocations et de sanctions disciplinaires à France Télévisions. La caporalisation des rédactions comme des autres services, l’autoritarisme et l’arbitraire provoquent de nombreux troubles psycho-sociaux.

Il est urgent de mettre fin à cette gestion, marquée du sceau de l’irresponsabilité sociale.
Adopté à l’unanimité des congressistes

Paris, le 30 mai 2018

Top