Silence assourdissant de la direction régionale après l’intox de la « censure » à France3 Aquitaine…

0  -  Article mis à jour le 22 novembre 2018

Communiqué SNJ-CGT France 3 Poitou-Charentes

« Menteurs », « pourris » et autres insultes fusent en ce lundi après-midi sur les points de blocage des gilets jaunes à l’encontre des journalistes de France3 Poitou-Charentes. De La Rochelle à Châtellerault, les manifestants reprochent à nos confrères et consoeurs de « rouler pour Macron ». La preuve de cette supposée allégeance au pouvoir : la coupure d’une
journaliste en direct d’un barrage de gilets jaunes. La vidéo est devenue virale…

Que s’est-il passé en réalité ? Samedi 17 novembre, sur l’antenne de France3 Aquitaine lors de l’édition d’information de midi, le journal se termine par l’intervention d’une journaliste en direct d’un barrage mis en place par les gilets jaunes. Notre consoeur explique que sur place, la situation est tendue, que les CRS arrivent… Mais son direct s’arrête net, la présentatrice rend l’antenne. Aucune censure pourtant, simplement un respect de la grille des programmes, le journal étant terminé et ne pouvant en aucun cas déborder sur les émissions suivantes.

 Libération, Le HuffPost,  Le Parisien  et Franceinfo  ont expliqué sur leur site que la présentatrice devait rendre l’antenne, faute de temps, car la grille des programmes
nationaux ne souffre jamais d’une seconde de retard. Tout direct aurait été coupé de la même façon. Mais dans les journaux de France 3 Nouvelle Aquitaine, aucune explication données
aux téléspectateurs !

On aurait aimé aussi l’entendre et le lire sur les antennes et les sites de France3 Nouvelle-Aquitaine, mais la direction régionale a préféré garder le silence. Et tant pis si la rumeur se propage, tant pis si les reporters doivent ramer sur le terrain et expliquer pourquoi le direct a été coupé, tout en récoltant injures et quolibets.

Cela aurait été tellement plus simple de dire la vérité !

Fait à Poitiers le 20 novembre 2018

Télécharger en PDF

Top