Démocratie et pluralisme en danger : la Poste doit assurer sa mission de service public !

0  -  Article mis à jour le 12 juin 2020

Communiqué de la CGT FAPT

L’acheminement et la distribution de toute la presse sur l’ensemble du territoire est un enjeu majeur pour la démocratie et le pluralisme dans notre pays.

Les choix stratégiques et politiques de l’entreprise Presstalis entraînent la fermeture de ses filiales SAD et SOPROCOM laissant ainsi sans emploi les 512 salariés dont le métier était d’acheminer les quotidiens et les magazines. Cette décision va à l’encontre de l’accès à l’information sur tout le territoire et met en danger la presse qui assure de faibles tirages.

De son coté le Groupe La Poste a failli à sa mission de service public pendant le confinement en n’assurant plus la distribution de la presse 6 jours sur 7 comme cela est aussi prévu dans le contrat de plan avec l’État à propos de ses 4 missions de service public :

  1. Acheminement et distribution du courrier 6 jours sur 7
  2. Acheminement et distribution de la presse 6 jours sur 7
  3. Contribution à l’aménagement du territoire
  4. Accessibilité bancaire

Dès les premiers moments du confinement, La Poste avait mis en place une organisation de travail dans les services, basée sur une distribution 3 jours par semaine, dont le but était d’assurer la santé et la sécurité des agents. Cette décision unilatérale a affaibli un peu plus la presse écrite et sa mission de service public. Le recours d’urgence à 1200 agents de la filiale de Médiapost ainsi qu’aux contrats précaires et intérimaires n’aura pas suffi à assurer le service.

Le Groupe La Poste récidive en imposant une organisation de travail depuis le 11 mai en 5 jours sur 7, avec 1 samedi, qui d’une part accentue la pénibilité pour les agents (travail de nuit, surcharge de travail) et d’autre part n’augure rien de bon pour le maintien de la distribution de la presse 6 jours sur 7.

Le Groupe La Poste récidive en imposant une organisation de travail depuis le 11 mai en 5 jours sur 7, avec 1 samedi, qui d’une part accentue la pénibilité pour les agents (travail de nuit, surcharge de travail) et d’autre part n’augure rien de bon pour le maintien de la distribution de la presse 6 jours sur 7.

Cette organisation de travail sera validée jusqu’à la fin de l’année et risque de perdurer après, la stratégie de l’entreprise est de baisser les coûts de transports avec moins de véhicules en distribution le samedi. La Poste maison mère pourrait, avec cette organisation de travail, se séparer définitivement de son activité le samedi, soit en la confiant à une de ses filiales, soit en ayant recours à la sous-traitance.

Le processus de privatisation de La Poste, confirmé par l’arrivée de la Caisse des Dépôts et Consignations comme actionnaire majoritaire, met en lumière à travers la crise sanitaire, la stratégie capitalistique du Groupe La Poste avec pour objectif les profits immédiats.

Le processus de privatisation de La Poste, confirmé par l’arrivée de la Caisse des Dépôts et Consignations comme actionnaire majoritaire, met en lumière à travers la crise sanitaire, la stratégie capitalistique du Groupe La Poste avec pour objectif les profits immédiats.

L’acheminement et la distribution de la presse sont d’autant plus considérés comme une missions coûteuse, que l’État ne reverse pas la totalité de la somme due à La Poste pour assurer le service, le Groupe se détourne inexorablement de cette mission mettant à mal la liberté d’opinion.

Pour la CGT, assurer un service public de qualité passe par l’appropriation publique des activités postales et de télécommunication sous contrôle et gestion citoyenne.

La CGT FAPT soutient la lutte des salariés de SAD et SOPROCOM pour la préservation de leurs emplois, le pluralisme de la presse et l’accès à l’information.

La CGT FAPT mettra tout en œuvre pour que leur bataille vive avec celle des postières et postiers, pour le service public.

Montreuil, le 8 juin 2020.

Télécharger le communiqué en PDF.

Top