Algérie : nouvelle vague de censure pour les médias en ligne

0  -  Article mis à jour le 7 décembre 2020

Communiqué de la FIJ

L’accès à plusieurs médias en ligne a été bloqué le 2 décembre en Algérie, une situation qui s’est déjà produite plusieurs fois cette année. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) dénonce un blocage injustifié et rappelle le gouvernement algérien à son obligation de respecter la liberté d’informer

Ce 2 décembre, plusieurs médias en ligne algériens ont été arbitrairement bloqués par le gouvernement.

Ce blocage concerne les sites « Maghreb Emergent », « Radio M Post », « Tariq News », « Shihabpresse », « Casbah Tribune », « Ultra Sawt », « Algérie TSA », « Interlignes Algérie  », « Twala.info  » et « L’Avant-Garde Algérie  ». Ces trois derniers ont publié des communiqués sur leurs sites.

« L’Avant-Garde Algérie » a précisé sur son portail être inaccessible en Algérie depuis le 15 mai dernier. 

La majorité des médias étaient de nouveau accessibles le 3 décembre dans la nuit sauf « Interligne Algérie », « Algérie TSA » and « Casbah Tribune ». Le directeur de ce dernier, Khaled Drareni, a été condamné à deux ans de prison ferme depuis le 15 septembre pour avoir couvert les manifestations anti-gouvernementales qui ont secoué le pays (lire ici et ici).

La censure des médias par le gouvernement algérien s’est aggravée depuis le mois d’avril 2020 suite à une réforme du code pénal criminalisant la publication de fausses nouvelles.

La censure des médias par le gouvernement algérien s’est aggravée depuis le mois d’avril 2020 suite à une réforme du code pénal criminalisant la publication de fausses nouvelles. 

Anthony Bellanger, Secrétaire général de la FIJ, a déclaré : « User de censure pour faire taire des médias indépendants est purement scandaleux. Nous enjoignons le gouvernement algérien à cesser sa campagne d’intimidation envers les journalistes, à ne plus porter atteinte au pluralisme des médias et à lever toute restriction à l’encontre des médias d’information en ligne qui doivent pouvoir rendre compte de la situation en Algérie sans entrave. Nous enjoignons par ailleurs le gouvernement à autoriser sans condition l’accès à Casbah Tribune, Interligne Algérie et Algérie TSA, dont le directeur Khaled Drareni purge une peine de prison injustifiable. Nous exigeons, une fois encore, sa libération ».

Bruxelles, le 4 décembre 2020.

Consulter le site de la FIJ.

Top