SFA-CGT : soutien à Corinne Masiero

0  -  Article mis à jour le 25 mars 2021

Communiqué du SFA-CGT

Indécent ? Vraiment ? Lors de la cérémonie des Césars, Corinne Masiero a eu l’indécence de dénoncer, nue, la détresse des personnes précarisées qui subissent les effets des restrictions actuelles.

Nous soutenons, sans aucune réserve, son action, dans le fond comme dans la forme. Dans le fond évidement car il porte haut ce que nous disons au cœur des théâtres occupés : la précarité des travailleurs intermittents empêchés totalement ou partiellement de travailler depuis plus d’un an, et de ceux qui n’ont aucune visibilité quant à la possibilité de travailler dans de bonnes conditions sanitaires et sociales, la discrimination crasse des secteurs essentiels et non-essentiels, l’épuisante lutte pour la subsistance que nous vivons et le mépris du gouvernement à notre égard.

A l’image de Corinne, nous sommes un peu plus nu.e.s chaque jour, à chaque contrat que nous ne signons pas, à chaque droit que nous perdons, à chaque protection que l’on nous refuse.

Nous la soutenons aussi, sans réserve, dans la forme : car oui à l’image de Corinne, nous sommes un peu plus nu.e.s chaque jour, à chaque contrat que nous ne signons pas, à chaque droit que nous perdons, à chaque protection que l’on nous refuse.

C’est bien, dans cette affaire, l’effeuillage social qui est indécent : alors que nous tirons le signal d’alarme depuis des mois, concernant l’accès aux droits sociaux essentiels pour les plus fragiles d’entre nous (accès aux indemnités maladies et maternité, droits pour les primo-entrants au régime d’assurance chômage) mais aussi la sauvegarde de nos caisses sociales qui souffrent du manque de cotisations (CMB, congés spectacle…) les réponses apportées par M. Castex sont largement insuffisantes et ne répondent pas à nos urgences.

Dans cette situation déjà insupportable et alors que nous constatons chaque jour l’aggravation de notre situation sans perspective d’amélioration, et alors que le premier volet de la réforme d’assurance chômage a durci honteusement les conditions d’accès aux indemnités chômage en dehors des annexes spectacle -20 000 personnes par mois qui auraient eu des droits avant la réforme en sont exclues désormais- l’application de la seconde partie de la réforme d’assurance chômage va faire baisser drastiquement les indemnités de nombreux allocataires qui avaient réussi à maintenir leurs droits.

Aujourd’hui en France, il n’y a pas que la Covid qui tue. L’absence du public nous immobilise, la précarité nous écorche vifs, l’incertitude nous met à terre, et nous comptons les morts.

Aujourd’hui en France, il n’y a pas que la Covid qui tue. L’absence du public nous immobilise, la précarité nous écorche vifs, l’incertitude nous met à terre, et nous comptons les morts. Silencieux, oubliés, enfin mis en lumière par la peau ensanglantée de Corinne Masiero.

Enfin, sur la question de la plainte des élus à l’encontre de la comédienne : en tant qu’élus de la République, vous devriez savoir que la liberté de création permet totalement à une comédienne de se mettre à nu sur scène, vous devriez la défendre comme une composante essentielle de notre démocratie. Que cela soit à votre goût ou non. Vous joignez vos voix à celle des polémistes sexistes des réseaux sociaux, sans plus d’analyse, dans la plus grande irresponsabilité. Alors vraiment, pour le SFA l’indécence n’est pas à chercher dans l’acte de Corinne Masiero, mais bien de votre côté.

Paris, le 22 mars 2021.

Contact : Lucie Sorin, tél. 07 60 48 53 93

Télécharger le communiqué en PDF

 

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top