Journalistes agressés, 
liberté de l’information bafouée

0  -  Article mis à jour le 27 juillet 2021

Communiqué du SNJ-CGT

L’instauration du passe sanitaire et les atteintes aux libertés qu’elle entraîne fracturent à nouveau la population française. De nombreuses manifestations ont eu lieu depuis l’annonce de sa mise en place.

Plusieurs d’entre elles ont été le théâtre d’agressions contre des journalistes.

Le 17 juillet, un journaliste de Radio Bip/Média 25 est frappé par un militant d’un groupuscule d’extrême-droite infiltré dans une manifestation contre le passe sanitaire à Besançon.

Le 22 juillet, deux journalistes de BFMTV sont pris à partie et copieusement insultés lors d’une manifestation parisienne.

Le 24 juillet, une équipe de France Télévisions est agressée et chassée de la manifestation marseillaise.

Le SNJ-CGT condamne fermement ces agressions et apporte son soutien aux consœurs et confrères de Radio Bip/Média 25, BFM TV et France Télévisions.

Critiquer des lignes éditoriales et des choix rédactionnels est légitime. Mais ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit ici. Alors même que les manifestants déclarent défiler pour défendre les libertés, le SNJ-CGT rappelle qu’en agressant les journalistes, c’est la liberté d’informer qui est bafouée.

Le SNJ-CGT continuera de se battre pour que les journalistes puissent travailler en toute sécurité dans les manifestations.

Montreuil, le 25 juillet 2021.

Télécharger le communiqué en PDF

Top