Nomination à France Inter : bonjour Madame Van Reeth

0  -  Article mis à jour le 3 mars 2022

Communiqué de la CGT Radio France

France Inter a une nouvelle patronne, Sibyle Veil a choisi Adèle Van Reeth, productrice des Chemins de la philosophie à France-Culture, pour succéder à Laurence Bloch comme directrice de la station. Les salarié-es apprécieront que dans un bel exercice de communication, c’est par la presse qu’ils ont appris la nouvelle, qui titre sur le choix par la PDG d’un « pur produit de notre maison ».

On peut néanmoins se réjouir qu’au-delà du terme « produit maison », ce soit une personne issue d’une chaîne de la radio de service public qui est nommée, et non une des personnalités de chaînes privées évoquées un moment, media dont les programmes et leur financement sont aux antipodes de ce que défend la CGT dans l’intérêt tant des salarié-es que des auditeur-trices. Mais sans doute s’agissait-il de « fake news » destinées à pimenter un peu les étapes de cette nomination annoncée…

Être productrice d’une quotidienne multi podcastée est certes un atout, mais les attentes des salarié-es vont bien au-delà

Une grande chaîne de service public comme France Inter est à nos yeux (et surtout à nos oreilles) plus que la première matinale de France, plus que le plus fort taux d’audience, plus que le plus grand nombre de podcasts. Être productrice d’une quotidienne multi podcastée est certes un atout, mais les attentes des salarié-es vont bien au-delà.

Concernant les enjeux pour France Inter et les implications de la nouvelle direction, la CGT sera particulièrement vigilante à l’existence d’un véritable pluralisme, à la qualité des émissions et des programmes, la fiction par exemple est-elle amenée à lentement finir de disparaître ? Vigilante également au maintien d’une « écriture radiophonique » non phagocytée par l’image, à une information qui ne cède pas à la recherche du buzz ou à la banalisation de propos racistes et haineux. Pour atteindre les objectifs ambitieux sur les différents canaux et effectuer des tâches de plus en plus nombreuses et complexes, des moyens humains et matériels doivent être octroyés, et ce dans de bonnes conditions de travail.

La CGT sera particulièrement vigilante à l’existence d’un véritable pluralisme, à la qualité des émissions et des programmes

C’est à cela que devra aussi s’employer la nouvelle directrice, afin que son mandat tienne compte de cette exigence des missions d’un service public fortement menacé. Menacé aujourd’hui dans le contexte préélectoral par les projets de privatisation totale ou partielle de Radio France de candidats partisans de la restauration d’un ordre nouveau. Mais menacé aussi bien en externe par des injonctions gouvernementales (budget en baisse, incertitudes sur le financement à venir de l’audiovisuel public), qu’en interne (plans de restructurations de l’entreprise, suppressions d’effectifs, dégradation des conditions de travail, et gouvernance des directions de services ou de chaînes peu empathiques).

C’est à tous ces points que la CGT sera attentive, pour que France Inter soit une chaîne répondant aux missions d’un véritable service public, auquel salarié-es et public sont attachés.

Paris, le 25 février 2022.

Télécharger le communiqué en PDF

 

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top