NAO 2022 à Radio France : les merveilles auxquelles vous avez failli échapper

0  -  Article mis à jour le 28 mars 2022

“Texta”, bulletin de la CGT Radio France

“Texto” désinforme, “Texta” vous informe. Ce que la direction ne vous dit pas !

L’accord a été signé le 11 mars 2022 par trois organisations syndicales représentant plus de 50 % des voix : de justesse, 50,08 % après un “Texto” d’annonce de l’accord, paru avant la date de signature, ce qui est une première à Radio France !

  • 1ère merveille : une augmentation de 10 % des mesures individuelles CSC/CPS (commissions de suivi de carrière / commissions paritaires) : attention à l’effet d’annonce, il ne s’agit pas d’une augmentation de salaire mais du nombre de mesures. Environ 50 bénéficiaires supplémentaires en CSC/CPS pour l’ensemble de l’entreprise.
  • 2e merveille : la revalorisation de l’indemnité mensuelle des plus bas salaires de l’entreprise : cela concerne 101 personnes pour les groupes 2 et 3 du NAC (accord collectif d’entreprise qui s’est substitué à l’ancienne convention collective de l’audiovisuel public, NDLR) et 184 personnes pour le groupe 4 soit au total 285 personnes pour une revalorisation de 10-15 euros/mois.
  • 3e merveille : la stabilité de l’enveloppe « égalité salariale entre les femmes et les hommes » : 30 mesures par an seulement. Stabiliser l’existant plutôt que de l’augmenter est maintenant considéré à Radio France comme une avancée.
  • 4e merveille : la revalorisation à 8 euros par matinale de la prime de petit matin pour les PARL (animateurs de radio locale) : augmentation de 6 à 8 euros, c’est donc 2 euros de mieux, le pactole !
  • 5e merveille : l’instauration d’une prime de petit matin de 6 euros bruts pour les chargés d’accueil : depuis le temps que les revendications des chargé-es d’accueil sont ignorées, c’est bien le moins. Une mesure ajoutée unilatéralement par la direction après les négociations, encore une première ! Nouvelle conception du dialogue social ?
  • 6e merveille : la revalorisation de la prime de mobilité (pour les salariés prenant un poste dans une zone géographique différente de leur affection d’origine, NDLR) de 120 euros à 150-200 maximum : si les salarié-es parviennent à sortir du dédale des nombreux justificatifs demandés ! Bon courage !
  • 7e et 8e merveilles : les revalorisations à 9 et 17,50 euros de l’indemnité de garde d’enfants, pour le jour et la nuit : en fait un euro de plus à chaque fois, Radio France a dû signer une convention de politique nataliste pour être aussi prodigue.
  • 9e merveille : rien pour les pigistes.
  • 10e merveille : rien pour les cachetiers (les intermittents payés au cachet, NDLR).
  • Et la 11e merveille : Toujours pas de mesure générale à Radio France depuis 9 ans, sur injonction de la tutelle et ce en pleine reprise… de l’inflation.

Paris, le 24 mars 2022.

Télécharger le bulletin en PDF

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top