Le danger, c’est le RN !

0  -  Article mis à jour le 24 juin 2024

Communiqué du SNJ-CGT “Nouvelle République du Centre-Ouest”

Au moment où l’extrême droite est en situation d’accéder au pouvoir pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, le SNJ-CGT de La Nouvelle République du Centre-Ouest et Centre Presse s’alarme des raccourcis exprimés par le président du directoire de notre journal, Olivier Saint-Cricq. Ses propos ont été rapportés lors de la dernière réunion catégorielle du 20 juin 2024 : « Jean Meunier (1) détesterait bien évidemment le Rassemblement national (RN). Il serait également outré qu’on parle de Front populaire pour nommer l’alliance baroque de LFI et du PS. »


Le SNJ-CGT répond à Olivier Saint-Cricq : comme Jean Meunier, nous sommes « outrés » !

PCF et LFI ne sont pas « d’extrême gauche »

Notre journal, issu des valeurs de la Résistance, fête son 80e anniversaire cette année. Il ne peut en aucun cas placer sur le même plan RN et Nouveau Front populaire. Pour rappel, le Conseil d’État a, le 11 mars 2024, clairement défini le RN comme un parti d’extrême droite. En revanche, pour les composantes les plus à gauche du Nouveau Front populaire, les magistrats ont considéré, dans la même jurisprudence, que PCF et LFI appartenaient aux nuances de la gauche. Sans « extrême ». Un article publié dans La Nouvelle République du vendredi 21 juin 2024, en informations générales, le rappelle à bon escient.

Le risque d’une « orbanisation » des médias français

Cette mise au point nous paraît d’autant plus essentielle que l’extrême-droite menace ce qui fait l’essence même de notre métier : la liberté d’informer. L’histoire récente nous le prouve : quand elle arrive au pouvoir, comme en Hongrie depuis 2010, elle s’attaque au pluralisme et à l’indépendance des médias. A quelques jours du premier tour des élections législatives en France, l’heure n’est plus à ergoter sur une alliance supposée « baroque » des composantes du Nouveau Front populaire : le danger, c’est le RN !

Pour le droit à l’information et la liberté de la presse

La section SNJ-CGT de la NRCO appelle massivement, comme la secrétaire nationale de la CGT, Sophie Binet, à voter dès le premier tour des élections législatives, dimanche 30 juin 2024, pour cette force de progrès social qu’est le Nouveau Front populaire (NFP), au nom du droit à l’information, de la liberté de la presse et des droits des travailleurs.

Tours, lundi 24 juin 2024.

(1) Pour mémoire, Jean Meunier, grand-père maternel de l’actuel président du directoire de la NRCO et cofondateur du journal, en 1944, avec Pierre Archambault, fut élu député SFIO d’Indre-et-Loire, le 3 mai 1936, sous la bannière du Front populaire rassemblant la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), le Parti communiste (PC), le Parti républicain radical et radical-socialiste (PRRRS), l’Union socialiste républicaine (USR) et le Parti d’unité prolétarienne (PUP).

Télécharger le communiqué en PDF.

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top