Thierry Thuillier, parti sans présenter d’excuses

Article mis à jour le 28 août 2017

Thierry Thuillier vient d’annoncer son départ de France Télévisions. Celui qui n’a eu de cesse, pendant ces 5 années, de massacrer la rédaction nationale de France 3 est parti sans s’excuser. 
Sous sa direction pourtant, la rédaction nationale de France 3 a été humiliée, brisée, démantelée, brutalisée : fermeture du magasin caméras, fermeture du point d’enregistrement, fermeture du triangle de la rédaction en chef, disparition du service étranger… Tout ça pour nous imposer le modèle France 2… ses caméras, ses serveurs, son PC info, sa coordination, ses cadres… A France 3 tout était à jeter. 
L’organisation du travail a été balayée pour nous imposer le forfait jours et une bureaucratisation envahissante.
A la rédaction de France 3, nous n’irons pas trinquer avec Thierry Thuillier
Massacre aussi à l’antenne avec une ligne éditoriale franchouillarde : faits divers, intempéries en tous genres, sujets conso à deux balles… comme si France3 devait à tout prix s’effacer pour laisser le champ libre au 20 heures de France 2. Et souvenez-vous de l’été 2014, meurtrier : pendant qu’en Ukraine, en Israël et Palestine, en Irak, en Lybie, en Afrique la guerre ou les épidémies faisaient rage, les équipes de reportage de France 3 restaient clouées au sol. 
Avec Thierry Thuillier, nous avons subi la bfmisation des journaux à marche forcée, avec la multiplication de directs et de plateaux à la place des reportages de terrain. 
Son désintérêt pour les régions de France 3 et les Outremer est révélateur de sa méconnaissance de la diversité de France Télévisions et de son obsession pour l’audience du 20 heures.
La rédaction de France 2 n’a pas non plus été épargnée.
Deux expertises insistent sur la préoccupante dégradation des relations sociales et humaines dans les 
rédactions : autoritarisme, mises à l’écart, discriminations en tous genres, souffrances, déqualifications.

Témoignages extraits du rapport CEDAET sur Info 2015
« À 10h30, on m’a sélectionné 3 interviews que je dois faire, et d’autres collègues cherchent des éléments et moi je dois les monter avec 3 bouts de phrases, c’est de l’industrialisation, c’est l’exemple des chaines d’info. »
« Le journal est devenu une dictée. Cela fait 5-6 ans, cela a commencé à basculer. L’encadrement nous donne l’ordre du montage : tu vas interviewer telle personne, interviews très orientés et ils nous disent dans quel ordre le mettre…. On est infantilisés, devenus des stagiaires permanents »
« Le 20h c’est le comble de l’info pyramidale, on nous prend le stylo… »
« Il n’y a plus jamais un mot gentil. On est parfois surpris quand ça arrive, du coup je n’ai plus envie de travailler pour le 20H et quand c’est le cas, la veille j’en fais des cauchemars. ».
« Ça rend fou de voir que vous êtes là et qu’on donne du travail aux autres et vous rien, il y a une discrimination des anciens. »

Quel avenir pour Info 2015
Thierry Thuillier n’aura pas eu le temps de mettre en place sont projet de fusion des rédactions… en fait, la disparition de la rédaction nationale de France3. Celui-ci dans son message de départ indique que le projet se poursuivra sous la nouvelle présidence. 
Pour nous, il est urgent de tourner la page Thuillier et de tout reprendre à zéro. La CGT demande à la nouvelle présidente de retirer le projet info 2015. 
Nous demandons à la place un projet qui, au contraire, renforce l’indépendance et l’identité éditoriale des rédactions, avec des informations nationales et internationales complémentaires des informations locales et régionales. Ce projet doit être ambitieux pour France 3 pour garantir la pluralité et le pluralisme au sein de la télévision publique.

Paris, le 1er juin 2015

Top