Les salariés de Radio Orient liquidés !

Article mis à jour le 30 septembre 2017

Communiqué de presse

RADIO ORIENT, média communautaire connu sous le nom juridique Regroupement des radios musulmanes de France, est en redressement judiciaire, suivant le jugement du 19 octobre 2016 du Tribunal de Commerce de Nanterre.

Huit salariés ont été à cet effet licenciés pour motif économique, touchant des journalistes, techniciens, réalisateurs et directeurs.
Ces derniers récusent en bloc ce plan qu’ils et elles considèrent comme un stratagème, voire comme une simple ruse, utilisée par la nouvelle direction pour préserver certains intérêts.

Sinon comment expliquer l’argent injecté par le groupe Hariri juste après la validation du plan de redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nanterre ?
Comment également expliquer que des centaines de milliers d’euro ont été mobilisés pour investir dans de nouveaux locaux et de nouveaux studios ?

Les salariés s’interrogent sur les mobiles de ce plan de redressement judiciaire.
Cinq procédures prudhommales ont été instituées pour rétablir les droits des salariés.
Une animatrice non-voyante exerçant au sein de Radio Orient depuis 15 ans s’est vue licenciée et même privée de sa prime de précarité.

Les salariés voudraient lever le voile sur une gestion totalement opaque et dénoncent l’absence d’un dialogue social constructif qui aurait certainement permis non seulement de préserver l’outil de travail mais aussi et surtout les travailleurs et travailleuses.
Ainsi ont été sacrifiés des talents et des vedettes de l’antenne qui ont largement contribué à la notoriété et au rayonnement de la radio. Des experts de la technique qui ont été le moteur et les piliers de la radio ont connu le même sort.

Ces salariés réduits au silence ne partagent pas la même vision que la direction qui a « abusé » de leur dévouement et leur abnégation, fidèles à l’esprit du fondateur feu Rafic Hariri. Certains y travaillent depuis plus de 30 ans et ont donné le meilleur d’eux-mêmes en fermant les yeux sur leurs droits largement bafoués, et la liste de ces transgressions est longue.

Nous invitons la presse à briser le mur du silence et l’omerta qui entoure l’affaire RADIO ORIENT qui a ciblé certains salariés victimes d’une gestion calamiteuse dont ils ne sont ni de près ni de loin responsables. La date du 18 octobre 2017 marquera la fin du redressement judiciaire

Les salariés licenciés de Radio Orient

1 réaction

Top