La France doit prendre sa responsabilité dans la crise migratoire

0  -  Article mis à jour le 3 septembre 2018

COMMUNIQUÉ de PRESSE de la CGT

La CGT appelle le gouvernement français à prendre sa responsabilité en autorisant sans délai l’entrée de l’Aquarius dans ses ports.

Ce navire, appartenant à une ONG Européenne, cherche un port pour permettre l’accueil d’urgence des 141 survivants qu’elle a secourus dans la Méditerranée. L’Italie, Malte, pourtant qu’à une distance de seulement 32 nm (60 km) de la position actuelle du navire, lui refusent l’entrée dans ses ports.

En France, le port de Sète ainsi que la collectivité territoriale de Corse se disent prêts à accueillir les personnes secourues. Or, l’Élysée tergiverse, et ne donne toujours pas l’autorisation à l’Aquarius de se diriger vers les ports français.

Pour la CGT, le comportement du gouvernement français dans ce contexte est inhumain, cynique et inacceptable. Dans un pays qui se targue d’être la patrie des droits humains, il n’est pas concevable de refuser à des personnes en détresse, qui ont été secourues en haute mer, l’accès à la terre ferme, à des soins médicaux et à une prise en charge administrative respectueuse de leurs droits.

Les odyssées des différents groupes de migrants sauvés sur des embarcations de fortune ces dernières semaines sont indignes d’une Union Européenne et de ses États membres. Les agissements des gouvernements européens actuellement font des migrants des objets d’une stratégie politicienne. Cela est cynique et inhumain. Le repli sur soi nous détourne des questions importantes, qui émergent au-delà des frontières européennes.

Pour la CGT, il n’est pas concevable que sous prétexte d’une règle européenne (Dublin), dont tout le monde convient qu’elle est inapplicable et injuste, on accepte de mettre en péril des vies humaines, tout en regardant – et comptabilisant – les victimes se noyer.

Il y a urgence d’agir en respect de nos valeurs : solidarité, humanité et droits de l’homme. La CGT mènera ce combat, préparant des initiatives.

Montreuil, le 14 août 2018

(Crédit image : Tony Gentile)

Top