Le Média : un conflit social, pas une guerre des clans

0  -  Article mis à jour le 26 septembre 2020

Communiqué de la CGT Le Média

Depuis dix jours, une surenchère médiatique a lieu sur les réseaux sociaux concernant les événements qui secouent actuellement notre entreprise. Nous y avons participé le moins possible. Pourtant, les dernières allégations de Denis Robert dans une vidéo publiée vendredi dernier, et la sortie d’un article du Monde le lendemain, nous poussent à réagir.

Nous, travailleurs.ses du Média membres de la section CGT, sommes consterné.e.s par la présentation des faits établie par Le Monde. Dès le titre, l’article commence par un mensonge. Il valide sans aucune réflexion le storytelling de Denis Robert. Celui du « petit employé » seul face à son patron. Denis Robert n’est pas un petit employé : il est le directeur de la rédaction. Tous les journalistes qui travaillent au sein du Média sont sous sa responsabilité hiérarchique. Les faits que nous dénonçons nous opposent actuellement à la direction de la rédaction et à son management.

La fin de l’article est toute aussi problématique : « Quatre pages de règlement de comptes en forme de tract émis par la section CGT de la société ». Voilà la manière dont est décrite notre seule communication officielle depuis le début de la crise. Pourtant, ce communiqué détaille factuellement l’autoritarisme de notre directeur de rédaction Denis Robert, et la souffrance au travail des salarié.e.s.

Contrairement à ce qu’écrivent les autrices de l’article, ce n’était pas un « règlement de comptes ». Elles auraient peut-être évité d’écrire de tels propos si elles avaient pris la peine de contacter un.e des dix membres de notre section syndicale. Elles ont préféré reproduire un tract de défense de notre supérieur hiérarchique, dans la même veine que le premier article d’Ariane Chemin.

Nous tenons également à démonter la fiction actuelle qui présente la réorganisation du Média et la disparition du poste de directeur de la rédaction comme un « bras de fer » entre « Denis et son employeur », d’après le titre de l’article du Monde. Il s’agit plutôt d’un bras de fer entre Denis Robert et les salarié.e.s. Nous nous opposons au maintien de Denis Robert à son poste, et il ne s’agit pas d’une divergence de projet éditorial. Le projet du Média est clair, et exposé dans notre manifeste depuis sa création. Le seul changement actuel à l’œuvre, c’est la transformation de son poste en un comité éditorial, pour en finir avec la verticalité au sein de notre entreprise, dont nous souffrons de manière répétée depuis trois ans.

Nous déplorons l’attitude de Denis Robert qui considère avoir relevé l’entreprise tout seul après son arrivée. Il a décidé de jouer la carte du culte de la personnalité. Ce sont des paroles très violentes pour nous, travailleurs.ses du Média, qui avons donné beaucoup pour éviter la faillite, après le départ d’Aude Lancelin en avril 2019. Si nous avons réussi aujourd’hui à remonter la pente, c’est grâce au travail de tous.tes les salarié.e.s. Nous ne pouvons pas accepter qu’une seule personne s’arroge le fruit d’un travail collectif et acharné depuis seize mois.

Dans la même vidéo, Denis Robert évoque « un projet politique », en vue de la « présidentielle de 2022 ». Nous sommes journalistes et travailleurs.ses du Média, pas communicants ou politiques. Nous refusons de défendre un projet partisan dans le cadre de notre travail. La rédaction doit rester indépendante.

Nous avons eu suffisamment de mal à nous affranchir de notre réputation de média de la France insoumise. Ayant gagné notre indépendance par nos efforts et notre professionnalisme, nous n’entendons pas la perdre de nouveau en devenant la locomotive de toute autre formation politique.

Dans ce contexte, la CGT exige que la direction du Média agisse pour mettre fin aux souffrances des salariés. La CGT a envoyé un courrier aux présidents des différentes entités du Média afin d’exiger l’ouverture d’une négociation avec la direction. Nous les rencontrerons ce mardi 22 septembre 2020. Si, à l’issue de cette négociation, nous n’obtenons pas satisfaction de nos revendications, nous appellerons les salariés du Média à se mettre en grève dès le lundi 28 septembre 2020. La CGT appellera à une Assemblée Générale des travailleurs.ses et soumettra au vote la grève, l’arrêt du travail et de la production des contenus du Média ainsi que l’occupation des locaux.

Le 21 septembre 2020

Télécharger le communiqué en PDF

Lire également le communiqué de la CGT du Média du 16 septembre 2020 « Pour un Média des travailleurs.ses »

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top