1er-Mai, journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs : mobilisons nous !

0  -  Article mis à jour le 2 mai 2021

Communiqué du SNJ-CGT

Alors que la plupart des manifestations avaient été annulées l’année dernière en raison de la situation sanitaire, le 1er-Mai 2021 va pouvoir, à nouveau, être célébré et faire l’objet des mobilisations qu’il mérite.

Certes, ce sera un 1er mai encore très particulier, avec des contraintes sanitaires fortes, mais également marqué par cette envie d’exprimer notre mécontentement et nos revendications, face à la gestion calamiteuse de la crise par le gouvernement.

« Alors que l’on annonce des plans de suppression d’emploi y compris dans des entreprises ayant bénéficié d’un large soutien financier de l’État, le gouvernement fait le choix d’imposer une réforme de l’assurance-chômage amplifiant la propagation de la précarité et de la pauvreté de la population française. Les femmes, les jeunes, les étrangers occupant les emplois les plus précaires sont et seront aussi les premiers à subir les effets de la crise économique », écrit la CGT dans son appel (lire ici) à rejoindre les nombreux cortèges prévus samedi.

Abrogation immédiate de cette réforme inique de l’assurance chômage, qui pénalisera en premier lieu les salariés précaires, dont de nombreux journalistes en CDD ou rémunérés à la pige.

Depuis le 4 mars, à l’initiative de nos camarades de la fédération du Spectacle CGT, des dizaines de lieux de culture sont occupés partout en France, pour exiger à la fois leur réouverture. Il s’agit aussi de demander l’abrogation immédiate de cette réforme inique de l’assurance chômage, qui pénalisera en premier lieu les salariés précaires, dont de nombreux journalistes en CDD ou rémunérés à la pige.

Le SNJ-CGT apporte une nouvelle fois tout son soutien à nos camarades et appelle à participer aux multiples actions programmées sur tout le territoire.

Le 1er mai sera aussi l’occasion de célébrer la solidarité internationale.

Solidarité avec toutes les travailleuses et tous les travailleurs, premières victimes de la crise sanitaire sur la planète et de sa gestion souvent catastrophique par le pouvoir, politique comme économique.

Solidarité avec tous nos camarades syndicalistes qui subissent une répression patronale, policière ou d’Etat.

Solidarité avec nos consœurs et confrères tués, emprisonnés, entravés dans leur mission d’informer les citoyens du monde, comme en Birmanie (lire la motion du SNJ-CGT), en Biélorussie (lire le communiqué intersyndical cosigné par le SNJ-CGT), en Turquie, au Nicaragua…

Le dernier rapport de la FIJ fait état de 65 journalistes tués dans le monde en 202.

Le dernier rapport de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) fait état de 65 journalistes tués dans le monde en 2020 (lire le communiqué de la FIJ). L’exécution de deux journalistes espagnols, qui réalisaient un documentaire sur la lutte contre le braconnage au Burkina Faso (lire le communiqué de la FIJ) constitue un épisode supplémentaire de cette chronique de l’horreur.

Aux Etats-Unis, l’acharnement contre notre camarade Mumia Abu-Jamal est insupportable (lire la tribune cosignée par le SNJ-CGT).

En France aussi, le droit d’informer et celui d’être informé sont clairement menacés. De plus en plus de journalistes sont interpellés ou verbalisés dans l’exercice de leur métier.

Mais, en France aussi, le droit d’informer et celui d’être informé sont clairement menacés, par un empilement stupéfiant de textes sécuritaires (lire le communiqué de la coordination #StopLoiSécuritéGlobale).

Sur le terrain, de plus en plus de journalistes sont interpellés ou verbalisés dans l’exercice de leur métier. Un des derniers exemples en date concerne un grand reporter de France info, verbalisé pour « rassemblement illégal », alors qu’il couvrait une manifestation (lire le communiqué de la CGT Radio France).

En France, toujours, des journalistes sont également victimes de menaces de mort et de graves intimidations.

En France, toujours, des journalistes sont également victimes de menaces de mort et de graves intimidations, en raison de leurs sujets d’enquêtes ou de leurs prises de positions. Dans une lettre ouverte, l’intersyndicale des journalistes a demandé au ministre de l’Intérieur d’assurer leur protection (lire ici).

Le SNJ-CGT appelle la profession à participer, dans l’unité la plus large, aux défilés du 1er mai organisés sur tout le territoire, afin de porter nos revendications pour plus de justice sociale et pour la défense de nos libertés fondamentales.

A Paris :
Manifestation à 14h, de République à Nation, à l’appel de CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef.
Rendez-vous commun SNJ-CGT et fédération CGT du Spectacle au 2 boulevard Voltaire

Montreuil, le 28 avril 2021.

Télécharger le communiqué en PDF

Top