Quand la Bête immonde ressurgit

0  -  Article mis à jour le 1 juillet 2024

Communiqué de la CGT France Télévisions

Photo Thomas Koller

Depuis la victoire du RN aux élections européennes, les digues républicaines tombent et les discours de haine ne se cachent plus.


Notre confrère et collègue, le journaliste Karim Rissouli a donné, ces derniers jours sur les réseaux sociaux, la lecture, glaçante, d’une lettre d’insultes reçue à son domicile.

Un autre journaliste de France Télévisions, Mohamed Bouhafsi témoigne de la multiplication des insultes racistes dont il est victime sur les réseaux sociaux.


« Bougnoule », « bicot », « sale arabe » : les mots évoquent les pires époques de notre histoire. La menace, désormais, est bien là. La haine xénophobe ressurgit de manière décomplexée.

La CGT de France Télévisions apporte tout son soutien et son estime à ses deux collègues et confrères, elle condamne absolument ces attaques et menaces haineuses. Elle rappelle que les injures racistes sont un délit puni par la loi. Elle demande à la direction de France Télévisions de saisir la justice pour défendre nos deux collègues.

La CGT de France Télévisions apporte tout son soutien et son estime à ses deux collègues et confrères, elle condamne absolument ces attaques et menaces haineuses. Elle rappelle que les injures racistes sont un délit puni par la loi.

Elle demande à la direction de France Télévisions de saisir la justice pour défendre nos deux collègues.

Ces graves faits viennent rappeler que l’extrême droite est avant tout raciste. Par son discours xénophobe, par les gens qui le dirigent, le Rassemblement national est bien le creuset de la haine de l’Autre, avec son cortège de racisme, d’antisémitisme, d’attaques contre les plus fragiles, d’exclusion et de division. Aux antipodes des fondements de la République.

Est-ce cette société que nous voulons ?

Fidèle à ses valeurs, la CGT appelle à tout faire pour empêcher l’extrême-droite d’arriver au pouvoir. Elle appelle au contraire à promouvoir un autre projet de société, basé sur les solidarités, le respect de notre planète et de ses habitants, un projet qui tourne le dos au libéralisme effréné qui accroit les inégalités et sert de terreau à la xénophobie.

Paris, le 28 juin 2024.

Télécharger le communiqué en PDF

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top