Liberté d’expression : soutien à Lech Kowalski

Article mis à jour le 10 novembre 2017

Le cinéaste-documentariste Lech Kowalski a été arrêté par les CRS le mercredi 20 septembre à la préfecture de Guéret, alors qu’il réalisait un documentaire pour Arte et filmait l’occupation des locaux par les salariés de GM&S (GMD).

Il a ensuite été interpellé et emmené au commissariat de police et mis en garde à vue. Lech Kowalski n’a été remis en liberté que jeudi 21 septembre vers midi, après une nuit en cellule. Il est poursuivi pour “rébellion” et convoqué le 15 novembre, devant le tribunal de Guéret.

A sa sortie du commissariat, le cinéaste a raconté son arrestation : « A ce moment-là, on demandait aux médias de partir, mais les médias ne voulaient pas partir. C’était ma décision de ne pas partir. C’est la première fois que je désobéis aux forces de l’ordre. »

Lech Kowalski est un cinéaste indépendant et suit depuis une dizaine de mois la lutte des salariés de GM&S, sous-traitant automobile à La Souterraine. L’entreprise a été rachetée en septembre par le groupe GMD et a été placée en redressement judiciaire,.

Que lui reproche-t-on ? Veut-on exercer des pressions sur la liberté d’informer ? Veut-on faire un exemple afin d’empêcher les journalistes de couvrir une actualité qui derange ? Le SNJ-CGT appelle, aux côtés du club de la presse et du SNJ, à un rassemblement de soutien à Lech Kowalski et à la liberté de l’information, ce mercredi 15 novembre à 14 heures devant le TGI de Guéret (place Bonnyaud).

SNJ-CGT, vendredi 10 novembre 201

2 réactions

  1. Ce type d’arrestation, cet arbitraire face à une personne pacifique qui fait son travail de reporter dans des contextes difficiles ne devrait pas avoir lieu dans une « République » qui se revendique du droit à la liberté d’expression. Tout simplement révoltant et honteux ! Lech Kowalski doit être relaxé et recevoir des excuses de la part des agents qui l’ont coincé !

Top