La Nouvelle République : le directoire ne cède rien, l’intersyndicale appelle à la grève

0  -  Article mis à jour le 18 mars 2020

 

Communiqué de l’intersyndicale SNJ/SNJ-CGT de « La Nouvelle République »

La troisième réunion avec le directoire sur le projet Cap 2023 s’est soldée sur un nouveau constat de l’intransigeance de la direction qui persiste à centraliser le SR (secrétariat de rédaction) et à fermer plusieurs bureaux. Face à cette attitude, seule désormais la grève peut l’amener à mesurer l’exaspération de la rédaction et son opposition à l’abandon des territoires et à la perte de proximité.

Seule la grève peut amener la direction à mesurer l’exaspération de la rédaction et son opposition à l’abandon des territoires et à la perte de proximité.

L’intersyndicale SNJ/SNJ-CGT a fait part de la consultation des rédactions qui, dans la droite ligne de ce qu’elles avaient affirmé lors de l’assemblée générale de janvier, ont rejeté massivement le concept d’un SR centralisé sur un ou deux pôles.

Les représentants de l’intersyndicale ont multiplié les signes d’apaisement, les explications et les propositions : expérimentation d’un SR de dix-neuf personnes réparties dans les cinq départements, piloté depuis Tours par le SGR (secrétariat général de la rédaction) étoffé à cinq personnes. Une solution, qui de surcroît, limite le risque de mutation contrainte.

Les représentants de l’intersyndicale ont multiplié les signes d’apaisement, les explications et les propositions. La direction refuse d’expérimenter.

La direction refuse d’expérimenter cette proposition en invoquant des difficultés de gestion des équipes et d’harmonisation des pratiques. Elle compte envoyer les appels à candidatures pour le SR centralisé, « quoiqu’il arrive », dixit le président du directoire, en mars, juste après les élections municipales.

La rédactrice en chef a présenté dans le détail la prochaine expérimentation de chargé de territoire à Montmorillon (Vienne).

L’intersyndicale dénonce l’objectif à terme de fermer ou réduire de nombreux bureaux dans les départements et poursuivre le désengagement des territoires.

Si l’intersyndicale ne s’oppose pas a priori à cette expérimentation, elle dénonce son objectif à terme : servir de modèle pour fermer ou réduire de nombreux bureaux dans les départements et poursuivre le désengagement des territoires.

Quant à Chauvigny (Vienne) et Amboise (Indre-et-Loire), leur sort est déjà scellé : fermeture pour le premier dès la rentrée de septembre et le second au départ en retraite de son responsable.

Face à cette obstination de la direction et à ce refus de revoir sa copie, même à la marge, l’intersyndicale, en responsabilité, appelle l’ensemble de la rédaction à se mettre en grève mercredi 11 mars 2020 et à se retrouver ce même jour en assemblée générale à 14 h 30 sur le plateau rédactionnel à Tours.

Lundi 9 mars 2020

Télécharger le communiqué en PDF.

Réagir

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top